19ème étape : SCHONINGEN – SABAKUCK

Après avoir été choyé par Uta (goûté hier en arrivant et super petit déjeuner, ce matin, elle m’a même fait un gâteau), je suis parti avec le soleil.
Malheureusement, en cour de route j’ai slalomé entre les éoliennes, ce qui veux dire, que je me trouvais sur les hauteurs, donc, dans le vent, mais de face.
Je ne vous dit pas le poids de mon vélo !
De plus, j’ai emprunté des chemins d’exploitations et traversé de petits bourgs, où il y avait des pavés partout.
Ce fut une matinée compliquée, jusqu’à Magdebourg.
Une ville de 300000 h, où j’ai passé trop de temps.
Ici, j’ai fait un 3ème test PCR, NEGATIF bien sûr !! et suis parti visiter : monuments, beaucoup d’églises et aussi beaucoup de monde dans le centre.
J’ai repris la route à 14h et cet après-midi, c’était beaucoup plus agréable !
Routes planes, mais qui me donnaient l’impression de ne pas avancer.
Je suis arrivé au camping de Sabakuck, à 19h00 après 135km, compliqués !!!
Les dames de l’accueil m’attendaient.
J’étais le dernier arrivant, ayant réservé.

18ème Étape : Hohenhameln – Schöningen

J’ai eu un petit pincement au cœur, ce matin, en quittant Angélica, Sonte, Margaret, Manfred et Thore. Ils ont été plus, qu’aux petits soins avec moi !
Les uns, ayant vécu en Normandie pendant 11 ans, se sont fait plaisir de reparler en Français. Voici leur réaction :
« A nous de dire MERCI, pour notre précieuse rencontre.
Grâce à ça, nous avons prise pour l’objectiv, de passer un des prochains vacances en Bretagne. T’appeler, c’est promise. Amicalement Margret + Manfred »
J’ai découvert également ce matin, qu’ Angélica parlait également le Français et qu’elle avait une correspondante du côté de Bordeaux.
Bref ! Une journée de repos, comme je les aime, avec de la chaleur dans les cœurs, de l’envie d’échanger et surtout d’être à l’écoute des uns et des autres.
MERCI à eux, de m’avoir donné ce plaisir !

Je suis donc parti, à 9h30, accompagné de Thore.
Un phénomène qui a déjà 4 Ironman à son palmarès et une course en ligne (vélo) de 580km, jusqu’à Oslo.
18h pour réaliser cet exploit, soit une moyenne de 32km/h.
BRAVO !!!
« petit clin d’œil à Franck ».
Thore m’a protégé du vent pendant 30km.
Et ensuite il a bien fallu que je m’emploie toute la journée, pour l’affronter… ce vent !!!
Je me serais cru sur le bord de mer, à St Philibert.
Thore m’a un peu décortiqué son vélo :
Passage auto et manuel des vitesses.
Batteries rechargées par pédalier, ( avec une durée de vie d’une année)… ainsi que les accessoires (roues- plateau oval…).
La machine lui est revenue, environ 15.000€.
J’ai ensuite roulé jusqu’à Brunswick, que j’ai visité, en prenant tout mon temps.
Très beau centre ville. (Photos).
Arrivé à 17h à Schöningen, après 86km un peu durs, à cause…de ce vent de face.

Aujourd’hui 1er juin, jour de repos chez THORE.

J’ai eu l’agréable surprise qu’il me mette en relation avec Margaret et Manfred, qui parlent français.
Ceux-ci m’ont invité à leur table, ce soir.
Quant à Thore, c’est un compétiteur cycliste (triathlon) hors pair.
Il a fait une course de 580km en 18h, soit 33km/h de moyenne.
Et je ne vous dit pas le dénivelé…. qu’il a eu a subir !!!
A son palmarès, s’ajoute aussi une course d’ ironman: ( course de 226km dont: 8km de natation, 180,2km de cyclisme et enfin, un marathon de 42,195 km) et ceci en 2017.
Je compte bien faire une photo avec lui, en tenue, avant mon départ.
Une des rencontres, comme je les aime.
Encore une fois, pas besoin de connaître la langue, pour faire ce genre de merveilleux contacts, le naturel de l’être humain fait le reste.
Aujourd’hui, les jambes se reposent, elles semblent sereines pour la suite.
J’ai quand-même fait le tour du village, en visite à pieds, avec Margaret. C’est assez original de voir encore de nos jours, des fermes en plein milieu du bourg.
Celle de la famille à Margaret, est une merveille de propreté et de rangement.
Cet après-midi ,nous sommes allés visiter la ville de Hildesheim, magnifique place centrale, détruite par la guerre et reconstruite à l’identique.
Je passe une journée de repos, avec le plaisir du soleil, de la chaleur de mes hôtes dans un bourg calme et serein.
On se sent bien ici, malgré l’éloignement de la première grande ville à… 30km.
Chose étonnante, il semble que les Allemands aiment les glaces, car toute la journée, on les voit déambuler dans les rues, un cône à la main.
Je n’ai, bien sûr, pas oublié la révision, le graissage et le nettoyage de Jean-Paul.

16ème étape : GREVEN – DETMOLD

BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS

Une belle journée, car dès le lever, le soleil me chauffait les pieds. C’est la première fois, que je ne mettais pas ma polaire, ni mon cache- cou.
Je m’élance à 8h30, après avoir remercié mon hôte Rénate et pris quelques photos souvenirs.
Pendant les 15 premiers km, je n’ai vu que des faisans, des lièvres, des corbeaux… pas une voiture, pas un cycliste, pas un marcheur. C’est dimanche et de bonne heure.
Par contre, dès 11h et ce jusqu’à Detmold, un flot continu de cyclistes en familles, de rollers, de cyclistes habillés en compétiteurs, de marcheurs etc …
C’était la foule sur les voies cyclables !!!
A part ça, rien de spécial à visiter.
Je ne peux que partager quelques photos souvenirs.
J’ai quand même fait mes 100km, mais je me suis aperçu en arrivant à Detmold, que le relief commençait à changer.
De plus, un petit vent de face, m’a mis 5kg de plus…. dans mes sacoches.

15ème étape : Wesel – Greven

Je suis parti ce matin avec le soleil, mais les nuages et le froid ont vite pris le dessus.
J’ai roulé à un rythme de croisière visites… sur des longues pistes cyclables planes, donc pas grand chose à se mettre sous la dent, point de vue, rencontre ou visite.
Quelque chose m’intrigue ici : lorsque je croise les gens, je leur dit bonjour en Allemand (Hallo), ils me répondent « Morgen » or, morgen , »c’est demain », en Allemagne.
J’ai envie que vous découvriez, par vous même, le pourquoi des Statues d’ânes dans la ville de Wesel.
Je suis passé au centre de Munster.
Une très, très belle ville, jeune, verdoyante et très dynamique.
J’ai roulé sur cette longue allée, ombragée, appelée « La Promenade », bondée de monde, à pieds, à vélos, en rollers, certains faisant leur jogging et tout ça, dans une ambiance calme et sereine.
La promenade historique, directement reliée au lac Aasee et entourant la ville, telle une enceinte, a un riche passé.
Ornée d’une allée de tilleuls de quatre rangées et parsemée de vestiges, témoignant de l’histoire de la ville et de sa fortification, la promenade constitue à la fois, un espace de détente et un axe de circulation, pour les cyclistes.
Pour ma part, je n’ai pas traîné, car foule trop dense, par les temps qui courent.
La ville est surtout connue pour son nombre impressionnant de cyclistes et le charme de son centre historique.
Elle a reçu, en 2004, le prix Liv-Com de la ville du monde, ayant la meilleure qualité de vie, dans sa catégorie.
J’ai donc continué ma route, tranquillement, pour retrouver Renate, dans la ferme familiale.
Je suis arrivé à 17h, après 110km (visites incluses)

14ème étape : De Mortel – Wesel

Je suis parti ce matin, avec un brouillard à couper au couteau et un froid glacial (j’avais l’onglée).
Cela était limite que je m’arrête, pour mettre mes gants.
Ce n’est qu’en fin de matinée, que le soleil perçait timidement les nuages et vers 15h, je sentais, ENFIN, un réchauffement flagrant.
J’ai ouvert ma polaire.
J’ai bien roulé jusqu’à Geldern, où je me suis arrêté, pour pique-niquer.
Ici, on m’a refusé en terrasse, car, ils ne reçoivent que les personnes négatives au test PCR.
J’ai donc mangé sur un banc, dans le centre ville, sans pouvoir espérer un café.
Ça m’inquiétais un peu pour ce soir, car, j’ai prévu de dormir à l’hôtel.
Je suis arrivé à 16h et ce qui devait arriver …. arriva !
Il fallait montrer patte blanche : PCR NEGATIF.
Je lui demande où je pouvais en faire un et il m’indique un vacci-drive, à 2km.
J’enfourche Jean-Paul et nous voilà partis faire la queue au drive.
Il y avait environ, 70 voitures devant moi, mais ça avançait assez vite.
Bien sûr, un grain de sable dans leur organisation : C’ETAIT MOI. Qu’est-ce qu’un Français faisait là ?
Pas de problème, je me mets sur le côté et ils me donnent un papier à remplir et direction le test.
Mais, j’avais besoin du résultat tout de suite.
Ils m’annoncent 20′ d’attente.
TOUT CA POUR ME DIRE, QUE C’EST NEGATIF !!
Même pas eu peur !
Malheureusement, il va sans doute falloir que j’en refasse plus tard… on verra !!
Pour information : TEST GRATUIT, bien sûr.
Voilà, j’ai passé une bonne journée, sur des voies vélos, encore et encore…
Petit changement en Allemagne: les pistes sont créés en 2 voies, côté gauche (pour moi), de la voie de circulation.
Je continue donc en toute sécurité !

J’ai alterné le froid et le chaud, sur 85km, sur un itinéraire plat.

N’oubliez pas ARSLA

aidez- nous à la recherche, pour éradiquer cette maladie, oh combien dévastatrice !!!
MERCI A TOUS ceux qui ont déjà donné leur contribution.
Merci aussi à ceux qui rejoindront cette liste de généreux donateurs, c’est grâce vous que nos chercheurs avanceront, sûrement, vers une solution de guérison.

https://www.helloasso.com/associations/arsla/collectes/periple-de-6000km-a-velo-par-joel-le-berrigaud

13ème étape : Dessel – De Mortel

Après une très bonne nuit, et un très bon accueil de mes hôtes : Els, Marie et Luc, je suis parti de Dessel avec un temps couvert et très frais. Toute la journée j’ai roulé sur un terrain plat et compte tenu de la petite distance, j’en ai profité pour déambuler dans les rues d’Eindhoven.
Aujourd’hui, j’ai misé sur une étape de transition pour me détendre et me reposer un peu.
Je suis arrivé à De Mortel à 16h00.
Une bonne douche m’attendait.
Ce soir, c’est tente, mais, s’il fait mauvais, j’ai un Mobil- home à 2 pas, pour me mettre à l’abri.
Petite étape de 65km. Relief très plat.

Je félicite, les Flamands et les Hollandais, de m’avoir permis de rouler en toute sécurité, sur leurs voies cyclables et ce : de St Pol sur Mer à De Mortel.
Entre ces deux villes, je n’ai jamais posé mes roues sur une voie destinée aux voitures.. soit environ 300km sur pistes dédiées aux vélos.
BRAVO !!.

12ème étape : Serskamp- Dessel.

Parti de bonne heure, avec le soleil, mais très frais.
Une journée, maussade, parmi tant d’autres !!!
Je flâne aujourd’hui, je visite Willebroeak, magnifique !!
ainsi que Lier, qui me rappelle Bruge.
Je pique-nique à Emblem, vous savez ? Là, où il y a le chauffage sur la terrasse, à 13h00, le 26 mai… Incroyable !!!
Je suis surpris de voir des routes, non pas enrobées, mais bétonnées, ce qui provoque beaucoup de bruit, au passage des véhicules, sur les joints de dilatation.
Mais aussi, de voir les voies cyclables, pavées, qui à mon sens, a du coûter une fortune, même à l’entretien, aujourd’hui…
J’ai roulé toute la journée sur le bord des canaux, (donc, un peu monotone), mais les 2 villes que j’ai visitées sont magnifiques (Lier et Willebroeak).
Je suis arrivé à Dessel à 17h00, après avoir roulé 107km.
Et ici, j’ai reçu un accueil très, très chaleureux de Els, Marie et Luc.
Finalement, je dors à l’abri, ce soir.
MERCI à eux.

Mardi 25 mai, 11ème étape, départ de chez Jean-Claude et Huguette à 9h.

L’objectif d’aujourd’hui: aller à Serskamp.
Je suis parti avec le soleil, mais il m’a vite faussé compagnie, pour laisser place aux nuages noirs, pluie et grêle…
A 10h20, je passais la frontière, et, depuis mon départ, je n’ai roulé que sur des voies cyclables.
Très agréable, d’autant que le relief est plat et que j’ai le vent dans le dos.
Avec Jean-Paul, qui a fait sa toilette ce matin (avec ses nouveaux patins), nous sommes passés au centre ville de Diksmuide …
Magnifique bourg, que vous découvrirez en vidéo et Photos.
Ça donne envie d’y habiter !
Je m’arrête à 13h à Kortemark, pour pique-niquer, dans l’humidité et le froid.
Ensuite, toute l’après-midi, pluie, pluie et pluie……
J’ai fait en sorte d’éviter Gent, en passant par le sud de la ville. L’arrivée à Serskamp, m’a parue….. très longue..
19h05. Mon hôte m’attendait, après 137km, pas du tout difficiles, mais perturbés par la pluie.
Je vais squatter le chantier de mon hôte, ce soir, à l’abri, pour éviter de monter ma tente.