Mes soutiens

Pour m’accompagner, un certain nombre de partenaires, sont intimement liés à cette aventure, et m’aident, non seulement à la médiatiser, mais aussi à me préparer psychologiquement à entamer cette longue route, pleine de surprises (bonnes ou mauvaises), que je partagerai avec vous.
Alors aidez-nous, en vous rendant sur le site de l’association ARSLA, qui œuvre à la recherche sur la maladie de Charcot.

Alors aidez-nous, en vous rendant sur le site de l’association ARSLA, qui œuvre à la recherche sur la maladie de Charcot.

Copiez le lien ci-dessous, dans votre barre de menu.

https://www.helloasso.com/associations/arsla/collectes/periple-de-6000km-a-velo-par-joel-le-berrigaud

EURO VELO! oui, dès que je les croiserai.

Je serai sur la route N° 4 dans le nord de la France, et ne retrouverai la suivante, N°2 à MUNSTER en Allemagne, pour ensuite bifurquer sur la 11 à partir de VARSOVIE.

Je ne les chercherai pas systhématiquement, mais en fonction de leur aménagement, état et surtout si elles ne m’éloignent pas de mon tracé initiale, je me ferai le plaisir de les découvrir. Ces routes semblent bordées d’hébergements adaptés au cyclorandonneurs.

2021-05-10T09:00:00

  jours

  heures  minutes  secondes

jusqu’à

AURAY-KELME

Une liberté infinie

Le vélo permet généralement de transporter un peu plus de poids qu’un sac à dos. C’est ce qui offre l’opportunité de prendre une tente, un matelas, un bon sac de couchage et de bivouaquer, le cas échéant.

En voyageant de la sorte, c’est le présent qui prend le dessus : on roule, on se nourrit et on cherche un endroit où dormir.

Connaître son rythme
Comme je me connais, il est simple, pour moi, de planifier mon parcours.

Ainsi, je n’ai pas de mal à déterminer le nombre de kilomètres que je pourrai faire par jour. 

Etant sportif, Je tiendrai vite un bon rythme. Mais souvent je me surprends à flâner et admirer le paysage.

Je ressens même une légère frustration de partir d’un bel endroit. Je roule donc plutôt au rythme de 70 à 120km par jour

LES RENCONTRES INOUBLIABLES

Le cyclovoyageur attise facilement la curiosité des locaux, ce qui favorise la rencontre. Le fait d’être à hauteur humaine, non enfermé dans un véhicule, permet de partager encore plus avec les autochtones.

Comme souvent, le voyage à vélo en solo n’est pas un voyage solitaire.

Le fait que je sois seul attire la curiosité.

Au final, je me retrouve facilement à échanger avec les locaux. Et puis, si ce n’est pas les locaux, je rencontrerai probablement d’autres cyclovoyageurs sur la route.

En bref, le cyclotourisme m’offre l’opportunité de faire selon mes envies !

Ci-dessous quelques rencontres de mes précédentes aventures – Il faut savoir que chaque rencontre a son anecdote.

Un voyage économique et ECO-RESPONSABLE.

Entre le bivouac, l’accueil chez l’habitant, le camping, les dépenses sont davantage limitées.

Le gros du budget sera : la nourriture, le “carburant” du cyclovoyageur !

Certes, le mode de transport est lent, mais le budget s’épuise aussi plus lentement ?

Je veux voyager en évitant de consommer l’énergie de la planète. Le voyage à vélo offre l’opportunité, si on le souhaite, de partir de chez soi pour revenir chez soi, sans avoir à utiliser d’autres moyens de transport.

Après un premier saut à destination de Fontaine le Bourg, où je suis invité pour le week-end, (au mariage de ma nièce préférée), je reprendrai la route en direction de Paris, où je suis attendu dans les locaux de l’association ARSLA. Ici, je resterai une journée, pour faire connaissance avec Baptiste et Audrey, entres autres, membres de cette association. Le 20 mai, je poursuivrai en direction du nord, avec une halte chez mes amis Danielle et Joël, pour arriver à St POL sur Mer le dimanche soir 23 mai. Ici, mes cousins, Huguette et Jean-Claude, seront mes hôtes pour 2 nuits.

Je crois qu’il va être temps de vous parler de mon itinéraire et surtout de mes prévisions d’étapes.Comme je le dis toujours, mes étapes sont calculées, mais jamais figées. Je ne veux pas être obligé d’atteindre un objectif du jour, alors que j’aurais peut-être été perturbé par un problème technique, physique ou peut-être d’itinéraire. Ca me permet de rester ZEN, donc de rouler en toute sérénité.